Accompagnement des femmes

Yam Daabo prend la suite de l’association  « Afrique, Femmes, Avenir » créée en 1994

Objectif :

Permettre aux femmes africaines de prendre une part active au sein de leur famille, de leur village, de leur quartier en :

  • développant des activités économiques génératrices de revenu,
  • les sensibilisant sur l’hygiène, le droit de la femme et des enfants,
  • luttant contre l’analphabétisme,
  • allégeant leurs tâches de travail

Tout cela se faisant dans le strict respect des aspirations des groupements féminins bénéficiaires, en s’appuyant sur une association féminine burkinabé, l’AMFB dont le siège est à Ouagadougou.

.Présentation des zones d’intervention au Burkina Faso

Nous intervenons dans 2 communes rurales, Nahartenga et Koubri, leur population est composée en majorité de Mossi avec une minorité de peuhls.

Les principales religions rencontrées dans ces localités sont l’animisme, l’islam et le christianisme (catholiques et protestants).

L’agriculture et l’élevage sont les principales activités de la population. En saison sèche, l’artisanat, la préparation du dolo (bière de mil), le commerce, le maraîchage sont pratiqués à petite échelle en raison de l’état de pauvreté.

La commune rurale de Nahartenga se trouve dans la région du Plateau Central dans la province de Koudpelgo, à 50 kms de la ville de Ouagadougou ; elle a une population estimée à environ 1524 d’habitants

La commune rurale de Koubri se trouve dans la région du Centre et au Sud de la province du Kadiogo. Son chef lieu est situé à environ 25 km au Sud de Ouagadougou sur l’axe Ouagadougou-Pô, sa population est de 45000 habitants, sa superficie est de 555 km2 et compte 25 villages administratifs. Le groupement est composé de 30 femmes basées au secteur N°5 de Koubri.

Contexte économique :

Le développement socio-économique du Burkina Faso connaît de nos jours beaucoup d’obstacles. Malgré les efforts du gouvernement et les partenaires au développement, les conditions de vie des populations en général et celle des femmes en particulier ne se sont pas véritablement améliorées. C’est pourquoi les femmes soucieuses de leur autonomisation s’engagent dans les différentes associations et groupements pour mieux mener des activités génératrices de revenus, s’informer, se former  et se sensibiliser afin de lutter contre la pauvreté. Malheureusement,  bon nombre d’associations et groupements ne disposent pas de ressources nécessaires pour mener leurs activités.

 

Bilan des activités menées par L’AFA

Les différents objectifs identifiés ont amené l’association à entreprendre un certain nombre d’initiatives dont les principales sont :

  • Octroi de micro crédit aux femmes de Koubri et de Nahartenga (reconduction annuelle)
  • Achat d’une tête de moulin à karité aux femmes à Nahartenga
  • Formation des femmes de Nahartenga en tissage des pagnes en cotonnades et achat du matériel.
  • Formation savon et achat de matériel pour les femmes de Koubri et de Nahartenga
  • Diverses sensibilisations ont été proposées aux 2 groupements
    • sur le paludisme avec dotation de moustiquaires imprégnées ;
    • sur le VIH/SIDA et les IST
    • sur les pratiques rétrogrades : excision, mariage forcé, lévirat etc
  • Construction et équipement de 2 cases d’accueil à Nahartenga.
  • construction et équipement de la « maison de la femme » à NahartengaRajout photos femmes siteRajout photos femmes site
  • Formation sur la gestion des petites unités économiques des femmes de Koubri et Nahartenga

Toutes ces activités ont été menées avec succès  dans ces deux localités.

Pojets en cours poursuivis:

  • Micro crédit : Il est attribué aux femmes du groupement qui est caution solidaire. L’intérêt de 10% demandé est remis dans l’enveloppe à redistribuer
  • A koubri, 20 femmes en bénéficient depuis 2009. Nous avions donné 1500€ avec un taux d’intérêt de 10%. Actuellement, compte tenu des intérêts produits, c’est une somme de 2 800€ qui est attribuée en janvier 2017. Si on décidait de ne plus renouveler le crédit, elles auraient acquis le fruit de l’intérêt soit 1 300€.
  • A Nahartenga, 30 femmes en bénéficient depuis2014 (+ 3 en 2016). La somme à partager était de 2300€. En janvier 2017, elles se sont partagées 2780€.
  • Construction de la maison de la femme à Koubri: Les travaux doivent commencer au mois de mars 2017