La scolarité

Chaque matin et chaque soir, le drapeau du Burkina Faso est levé puis descendu, et l'hymne national entonné par tous !

Chaque matin et chaque soir, le drapeau du Burkina Faso est levé puis descendu, et l’hymne national entonné par tous ! »

Depuis ces 10 dernières années, l’État burkinabè a fait beaucoup de progrès dans le financement de l’éducation nationale de base (primaire) avec la construction de nombreuses écoles et le recrutement des instituteurs ; notre action consiste donc à améliorer le taux de scolarisation par la prise en charge des cotisations à l’Association des Parents d’élèves. Nous participons aussi à la cantine, et aux conditions d’hygiène.

Nous avons également amélioré les conditions de vie des instituteurs (construction de logements et électrification).
En revanche, concernant le secondaire, l’État burkinabé accuse un certain retard dans la construction des établissements et le recrutement des professeurs. De ce fait, les classes sont surchargées (ainsi, ils sont plus de 100 élèves par classe au collège public de Bougounam que fréquentent en nombre les jeunes de Baszaïdo) et le taux d’échec reste élevé.
Pour favoriser l’accès de nos élèves au secondaire et leur réussite, nous prenons en charge les frais d’inscription, les fournitures scolaires, les frais de tenue obligatoire, l’achat de manuels scolaires, le repas de midi, et, si nécessaire, une partie du coût d’achat d’un vélo.
Les enfants devant l'école

« Les enfants devant l’école »

NB : néanmoins nous déplorons des abandons de jeunes (et jeunes adultes) qui quittent le village pour rejoindre des sites d’orpaillage et le mirage de l’argent rapide (sinon facile)… Voir la vidéo ci-dessous :